FR | EN

Les gens de la région vous diront qu’en plein cœur de la nuit on entend le galop des chevaux de diligence qui longent les rives du reluisant Lac Memphrémagog. Soufflant et hennissant, les chevaux font trembler le chemin de terre sous leurs sabots jusqu’à leur arrivée devant les écuries. À la lueur des lanternes, des mains habiles s’affairent à fournir un nouvel attelage qui permettra à la diligence de poursuivre son long voyage. Quelques instants après le tumulte revient le silence profond de la nuit.

Si la diligence a depuis longtemps disparu, il nous reste néanmoins cette halte que nous appelons La Ferme, aujourd’hui un lieu de rencontre de voyageurs venus des quatre coins pour faire connaissance, partager et cultiver de nouvelles idées.

Imaginez un instant que vous assistiez à une réunion du conseil d’administration dans un décor qui stimule la réflexion profonde et la pensée stratégique.

Imaginez vous réunir avec votre équipe de design dans un lieu qui saura aiguiser l’imagination et conduire à de nouvelles créations.

Imaginez le lancement d’un produit dans un environnement qui stimule les sens par son architecture avant-gardiste, son aménagement et ses paysages.

Imaginez la tenue d’un événement à La Ferme.

Née il y a plus de 150 ans, cette ancienne auberge de diligences située sur le chemin reliant la Nouvelle-Angleterre à Montréal s’est transformée au fil du temps pour devenir La Ferme, un lieu de rencontre entouré de beauté, un lieu conçu pour favoriser le travail d’équipe et l’éclosion de nouvelles idées et de nouvelles relations.

C’est à La Ferme que l’esprit peut se libérer des contraintes de la vie de tous les jours et favoriser l’apparition de l’étincelle magique qui se crée lorsque se croisent opportunité et innovation. C’est à La Ferme que les idées naissent dans un environnement propice à la créativité car il donne le temps de respirer librement, de réfléchir et de faire éclore de nouvelles façons de répondre aux défis qui se posent.

La Ferme illustre à la perfection la beauté remarquable et la nature généreuse des Cantons-de-l’Est et vous propose un mélange harmonieux de charme ancien et d’architecture moderne. Cuisine locale, art et hospitalité viennent s’ajouter à cet environnement d’exception.

Les délégués qui souhaitent séjourner seront logés dans des chambres paisibles offrant un contraste saisissant avec le tumulte de la vie urbaine et un retour bienvenu aux notions de service et de soins attentifs.

Un lieu de rencontre pour les membres des équipes de direction qui cherchent à réinventer l’entreprise et à lancer la croissance.

Un lieu où vous pourrez cultiver des relations. Un lieu qui favorise l’inspiration. Un lieu qui fait jaillir l’étincelle de l’innovation. La Ferme. Nous y cultivons la créativité.

Les Cantons-de-l’Est

En 1861, lors d’un voyage au Québec, on recommandait au romancier britannique Anthony Trollope « de ne pas quitter la colonie » avant d’avoir vu le Lac Memphremagog. Trollope gravit donc une montagne située sur la rive ouest et rédige cet éloquent témoignage : « La vue sur le lac, les forêts avoisinantes et sur les collines boisées en contrebas et tout simplement charmante… Je recommande à tout voyageur au Bas-Canada de gravir Owl’s Head. »

Le Lac Memphremagog et toute la région des Cantons-de-l’Est ne cessent de soulever l’admiration des visiteurs, non seulement pour la beauté remarquable des paysages de cette contrée au sud-est de Montréal, mais aussi pour son histoire. Comme en témoigne l’architecture patrimoniale, les Cantons portent encore la marque des habitants de Nouvelle-Angleterre et de New York qui y établirent les premiers peuplements à la fin du 18e siècle et au début du 19e.

À partir de La Ferme, on y voit la région d’Ayers Cliff vers l’est, du Vermont vers le sud et Owl’s Head et Jay Peak à l’ouest du Lac Memphremagog.

Histoire de La Ferme

Il y a près de 175 ans, Bodwell’s Hall, une prospère auberge s’élevait sur les terrains qui constituent aujourd’hui La Ferme. L’auberge accueillait les voyageurs qui faisaient le parcours en diligence entre la Nouvelle-Angleterre et Montréal. À Bodwell’s Hall, les voyageurs pouvaient se reposer après de longs parcours sur les chemins cahoteux. Le bâtiment en bois comptait seize chambres, y compris, au premier étage, une salle de danse coiffée d’un inhabituel toit courbé. L’écurie avoisinante pouvait abriter jusqu’à cinquante chevaux.

L’auberge reste dans la famille Bodwell jusqu’aux années 1870 lorsqu’elle est vendue à Moses Blount, un fermier voisin. En 1897, la famille Blount installe un bureau de poste qui reste ouvert jusqu’en 1905, date à laquelle arrive la famille Davis. Pendant plusieurs décennies, les Davis y habitent à plein temps. Comme la plupart des fermiers de l’époque, Arthur Davis menait une exploitation agricole mixte, élevant vaches laitières, cochons, poules et plusieurs chevaux de trait ainsi qu’un cheval de voiture. Dans les champs, il cultive l’avoine, le blé et le maïs ainsi qu’un grand potager où poussent betteraves, carottes, courges et navets.

Au début des années 1960, la grange au toit en mansarde est détruite par un incendie mais  Arthur Davis continue de vivre dans la maison patrimoniale. Après sa mort en 1972, la propriété revient à sa fille Louise Davis Kell et sa famille.

En 2006, la famille Kell décide de construire une grande maison tout prêt de Bodwell’s Hall et s’inspirant de son architecture dans le but de créer un environnement stimulant propice au foisonnement de nouvelles idées et où peuvent se réunir des gens créatifs et stimulants dans une ambiance détendue.

Les travaux de restauration de Bodwell’s Hall commencent en 2007, sous la direction d’Alan Bellavance, un architecte de Bromont. Rebaptisé Davis House, le bâtiment se transforme en centre d’interprétation agricole, galerie d’art et salle de réunion destinés à des évènements publics et privés. Le nouveau bâtiment conserve la disposition d’origine mais un mur et l’escalier menant à l’étage et au grenier sont éliminés pour pouvoir agrandir la pièce qui servait de cuisine et le plafond du deuxième est relevé, réduisant d’un pied la hauteur du grenier.

Les travaux de réaménagement portent aussi sur la grange de diligences qui se trouvait à côté de Bodwell’s Hall. Se mêlent judicieusement à l’ancienne architecture des touches de modernisme, notamment les poutres et les piliers équarris de l’ancien bâtiment qui se marient avec des structures en verre et en acier. Du côté de la rue, la façade est revêtue de bardage en bois style 19e siècle. Les panneaux ainsi formés s’ouvrent comme par magie dès qu’on appuie sur un bouton pour révéler le design digne du 21e siècle. Équipé d’installations multimédia, le bâtiment autorise une vue prenante sur la nature environnante.

Prospère auberge de diligences devenue lieu de rencontre, La Ferme continue de séduire tous ceux qui y séjournent.

Terry Kell

Terry Kell

Directeur général

Témoignages

L’endroit idéal pour le bon déroulement d’activités d’affaires

La Ferme se prête merveilleusement à la tenue de réunions de direction. L’ambiance détendue, la beauté et l’élégance du décor des bâtiments et des salles...

Gerry Gaetz President and CEO